La psychose blanche ou le manipulateur-destructeur

A PROPOS DU CONCEPT DE « MANIPULATEURS DESTRUCTEURS », ou « Psychose blanche »

Geneviève Reichert-Pagnard, spécialiste de la manipulation, récuse le terme de « pervers narcissique« , bien que dans ses livres, sous le nom de « manipulateurs destructeurs« , elle semble décrire des personnalités perverses narcissiques. Ce positionnement est très intéressant et pousse à un approfondissement de la réflexion à ce sujet.

Qu’en-est t-il de la distinction qu’on peut établir entre ces diverses personnes manipulatrices ?

Voici comment elle explique dans une interview menée par le Nouvel Observateur en quoi la terminologie du psychanalyste Paul-Claude Racamier, descripteur-pionnier de ce mal, serait inappropriée :

– Les manipulateurs destructeurs ont effectivement les traits de personnalité pervers narcissiques : l’existence de l’autre est mise au service de la sienne et il se valorise à ses dépens. Mais cela va plus loin car ils présentent également des traits de personnalité paranoïaques, tels que :

  • la tyrannie,
  • l’absence de doute et d’autocritique,
  • la jalousie maladive.

Ainsi, un premier point important à noter est que cette pathologie a des choses en commun avec la psychose au sens large, notamment parce qu’on y retrouve les caractéristiques d’un délire structuré de persécution qui est largement présent chez les paranoïaques.

Les manipulateurs destructeurs se situent à un carrefour de pathologies appartenant toutes aux psychoses : ils voient le monde à leur façon, fonctionnent dans une logique qui leur est propre et imposent leur système de pensée à leur entourage.

En revanche, leur apparence extérieure est sauve, car leurs troubles psychotiques sont bien cachés aux regards extérieurs : ils semblent bien insérés socialement.

On appelle ces psychoses des « psychoses blanches » ou « psychoses sans symptômes« . C’est ainsi qu’ils peuvent échapper à l’attention de la machine judiciaire et s’ils sont parents obtenir la résidence des enfants qu’ils vont continuer à détruire psychologiquement et insidieusement pendant des années. Les magistrats n’ont, la plupart du temps, aucunement conscience qu’ils ont à faire à des personnes psychotiques, au même titre que peut l’être une personne schizophrène pour lequel pourtant, ils prennent des mesures appropriées pour la garde des enfants.

Références

  • Tanguy Bodin-Hullin est psychologue clinicien et psychothérapeute. Il est formé en psychopathologie, notamment aux pathologies perverses narcissiques et il exerce en cabinet libéral à Paris. Site internet de Tanguy Bodin-Hullin, psychologue-psychothérapeute.
  • Geneviève Reichert-Pagnard est médecin psychiatre et victimologue, diplômée de criminologie. Elle est spécialisée dans les violences conjugales, notamment la manipulation destructrice, forme de violence psychologique fréquente, et très insidieuse, comportant fréquemment des agirs tels que le viol et des comportements incestueux (viol au sein de la famille) et incestuels (touchers pervers) et pouvant aboutir à la mort de la victime, soit par meurtre direct, soit par la génération de de violences psychologiques tellement insupportables pour la victime que celle-ci est poussée et en vient à se suicider. Site internet de Geneviève-Reichert-Pagnard

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *