Pour ou contre le néologisme d’egophobie ?

Que signifie egophobie ? Lorsqu’on fait quelques recherches, le terme egophobie apparaît comme étant un néologisme répandu sur le net qui indiquerait ce qu’on qualifierait en psychopathologie clinique de trouble de l’estime de soi, ce qui peut être entendu comme de l’auto-dépréciation ou de la dévalorisation de soi.

Sur le Urban Dictionary, on trouve pour le terme d’egophobia :

A person who has such a low opinion of him/her self that he/she is afraid to express ideas, opinions, or even to talk to others for fear of making a fool of him/herself.

Autrement dit : une personne qui a une si mauvaise opinion de lui ou d’elle-même qu’il ou elle a peur d’exprimer des idées, des opinions, ou même de parler aux autres de peur de se ridiculiser. Il me semble que cette définition-là s’approche de deux notions, d’une part la notion de narcissisme faible, mais aussi de ce qu’on peut appeler une phobie sociale, c’est-à-dire une peur des autres, qui est effectivement liée à soi-même, mais qui se situe surtout lors de la relation de l’ego à l’alter ego.

  • Première remarque étymologique : l’utilisation du terme phobie qui vient du grec indique la crainte ou la peur de quelque chose. Avoir peur de quelque chose d’extérieur à soi est classique et entendu. En revanche, avoir peur de soi-même, c’est plus difficile à définir. Je pense personnellement que dire qu’on a peur de soi, c’est plutôt dire qu’on craint son propre comportement, ou en tout cas son propre potentiel comportemental, et non véritablement craindre ce qu’on EST soi-même (ce qui serait un enfer terrible). Par exemple ressentir la peur d’avoir un comportement potentiellement auto-agressif (peur d’en venir à se suicider) ou hétéro-agressif (peur d’attaquer/agresser les autres sous une forme ou sous un autre).

Ainsi, on voit que le terme d’egophobie, selon ce qu’on trouve sur le web, peut effectivement toucher à des notions psychologiques qui sont reliées certes, mais qui n’en restent pas moins fort différentes. Une estime de soi faible est différente d’une « peur de soi-même ».

  • Seconde remarque étymologique : l’ego est une notion assez complexe et qui a été largement discutée en psychologie et en psychanalyse, sans me semble t-il qu’un consensus soit trouvé. C’est donc un concept qui restera incertain, qui a toujours besoin d’être qualifié, et qui n’ajoute pas spécialement de clarté au néologisme egophobie.

Conclusion :

Bien qu’intéressante à débattre au plan psychanalytique et métapsychologique, le terme n’en recèle pas moins un véritable manque de clarté, c’est pourquoi, après réflexion, je me prononce contre son acception, qui a d’ailleurs été refusée par un certain nombre de personnes éditrices sur Wikipédia.

Auteur : Tanguy Bodin-Hullin

Première version de l’article : 2 juin 2013

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *